Financement

Les services du S.I.E.O.M. sont financés essentiellement depuis le 1er janvier 2014 par la Redevance Incitative (RI), qui a remplacé la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères) présente jusqu'à la fin 2013 sur la taxe foncière.

La RI comprend tous les services du S.I.E.O.M. (cf. onglet Redevance incitative). Les administrés du syndicat paient une redevance selon leur production de déchets (ordures ménagères résiduelles, recyclables, apports en déchetterie, apports volontaires en verre et papier).

Les recettes complémentaires proviennent :

  • de remboursement sur rémunérations versées par Eco-Emballages pour les emplois affectés à la communication orale de proximité (les ambassadeurs du tri)
  • de la vente des matériaux : matériaux émanant du centre de tri (cartonnettes, papiers, emballages aciers et aluminium, bouteilles et flacons en plastique), verre, cartons et ferraille des déchèteries
  • des recettes versées par Eco-Emballages (soutiens à la tonne triée et aides apportées pour certaines opérations de communication)
  • de subvention d'une partie des postes d'ambassadeurs du tri par Eco-Emballages
  • des redevances versées par les artisans et commerçants pour l’utilisation des déchèteries
  • de participations de communes extérieures au S.I.E.O.M. pour l’utilisation des déchèteries
  • de participations des communes du S.I.E.O.M. pour le traitement des déchets verts communaux apportés en déchèterie
  • de certaines subventions ponctuelles de l'Ademe et du Département

Budget

Le S.I.E.O.M. ne dégage pas de marge, il doit équilibrer son budget en recettes et dépenses : les équipements, le quai de transfert, les nouveaux locaux  et même les incivilités (dépôts sauvages, dégradations...) ont un coût.