Pourquoi trier ?

Pour le respect de notre environnement :

En 1884, Eugène Poubelle, préfet du Département de la Seine, en France, inventa la poubelle. Il prévoyait déjà la collecte sélective : trois boîtes à déchets sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence ou les coquilles d’huitres. Malgré ces débuts, il faudra attendre près d’un siècle pour que le tri soit mis en place, vers 1970. Aujourd’hui, presque toute la population française dispose d’un accès au tri des déchets à recycler.

Pour économiser les ressources naturelles fragilisées :

Lorsque l’on trie ses déchets, il faut penser développement durable. Grâce à ce que chacun trie, ce sont des matières premières, souvent des ressources naturelles fragilisées, qui sont économisées :

  • 1 tonne de verre recyclée = 660 kg de sable, 100 kg de charbon, 100 kg de pétrole, 25kg de gaz préservés
  • 1 tonne de papier-carton recyclée = 2,5 tonnes de bois épargnées, ainsi que les équivalents de 2 mois de la consommation en énergie et en eau d’un habitant
  • 1 tonne de plastique recyclée = 750 Kg de pétrole brut économisés
  • 1 tonne d'emballages en aluminium recyclée = 2,3 tonnes de bauxite, 1 tonne de pétrole brut, et 1,3 tonne de charbon économisées...

De plus certaines matières, comme l'acier, l'aluminium ou le verre, sont recyclables à l'infini, il est donc dommage de ne pas les réutiliser. Et recycler ses déchets permet de produire de nouveaux objets en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

Retrouvez plus d'informations sur la page dédiée d'Eco-Emballages ici !

Pour recycler, il faut trier :

Pour arriver à recycler nos emballages, il faut impérativement les trier à la source. Sans le tri, le recyclage de nos emballages,de nos papiers ou du verre est impossible. Ainsi, pour être recyclés, ceux-ci ne doivent pas être mélangés aux autres déchets. En effet, si cela est le cas, ils se trouvent souillés et sont alors irrécupérables. C’est pourquoi le tri est important !

Pour répondre au cadre réglementaire :

Les principaux textes de loi réglementant la valorisation et le recyclage des emballages ménagers :

Loi du 15 juillet 1975
Selon le Code Environnement (art. L541-1), un déchet est « tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien, meuble abandonné ou son détenteur destine à l’abandon ». Autrement dit, tout élément qui est abandonné est un déchet. Ce n’est pas pour autant que cet élément est inutilisable, en l’état ou après modification. Seuls les déchets qualifiés d’ultimes sont inutilisables et doivent être stockés pour éviter des pollutions de l’environnement.
Cette loi incite les producteurs de déchets à diminuer le volume de détritus détruits et à valoriser les matériaux lorsque cela est possible. De plus, elle donne aux collectivités locales la responsabilité de l’élimination des déchets ménagers produits par leurs habitants.

Décret du 1er avril 1992
Les industriels ont l’obligation de contribuer ou de pourvoir à l’élimination des emballages qu’ils ont mis sur le marché. Apparition des éco-organismes tels qu’Eco-Emballages, Adelphe, Cyclamed…
Un objectif : valoriser 75% des emballages ménagers en 2002.

Loi du 13 juillet 1992
Elle a fixé l’échéance du 1er juillet 2002 pour interdire la mise en décharge des déchets bruts. Ne pourront être stockés que les déchets « bruts » n’ayant subis aucun traitement au préalable. Les objectifs de la loi :

  • Prévenir et réduire la production et la nocivité des déchets (l’évolution des tonnages est due à l’évolution des modes de vie et des modes de consommation)
  • Limiter leur transport en distance et en volume
  • Valoriser au maximum les déchets ménagers par réemploi, recyclage, compostage, ou – à défaut- production d’énergie
  • Informer le public sur les modalités de gestion des déchets ménagers

Les moyens mis en œuvre :

  • Instaurer une taxe sur la mise en décharge
  • Interdire la mise en décharge de déchets « bruts » en 2002
  • Obliger l’élaboration de plans départementaux d’élimination des déchets ménagers

Circulaire Voynet de 1998
Cette circulaire donne la priorité à la valorisation de la matière. Il s’agit de développer le recyclage (verre, papier, emballages) et le compostage. L’objectif est de valoriser 50% des déchets dont l’élimination est la responsabilité des collectivités locales.

Grenelles de l’environnement
Ces textes marquent le renforcement de la politique de réduction des déchets, de l’éco-conception du produit à sa fabrication, sa distribution  et sa consommation jusqu’à sa fin de vie. De plus, en matière de tri et de recyclage, la loi de programmation prévoit une augmentation de plus de 20% du recyclage des emballages ménagers avec un objectif de 75%. La loi Grenelle prévoit également d’harmoniser le dispositif des consignes de tri pour une mise en œuvre au 1er janvier 2015.

Pour maîtriser les coûts de gestion des déchets :

Le traitement des déchets produits coûte de plus en plus cher. Cette flambée est notamment due à la prise en compte des normes anti-pollution de plus en plus strictes.
Les dépenses liées à la mise en place de la collecte sélective sont compensées par la réduction du volume d’ordures ménagères à enfouir et par les recettes versées par nos partenaires et repreneurs de matériaux.

Il faut savoir que:

  • le coût de base d'une tonne de recyclables (hors reprise des matériaux et subventions) est de 555.43 € / tonne en 2015
  • entre les recettes issues de la vente des matériaux et les subventions des divers éco-organismes, le SIEOM du Pays de Bray reçoit 295.94 € par tonne de recyclables
  • ce qui donne un coût réel de 259.49 € par tonne de recyclables ou un coût à la tonne par habitant de 14.47 € (base INSEE 29 577 habitants)

Par ailleurs, les erreurs de tri engendrent des coûts supplémentaires, car il faut les séparer du bon tri, les transporter et les traiter comme les ordures ménagères.

Si l'on s'intéresse au verre pour 2015 :

  • le coût de collecte aux points d'apport volontaire est de 49.05 € / tonne
  • les recettes de vente de la matière sont de 31.05 € / tonne
  • ce qui donne un coût réel de 18.27 € / tonne, ou un coût à la tonne par habitant de 0.81 € (base INSEE 29 577 habitants)

Cependant, il reste beaucoup d'erreurs dans le tri du verre (arcopal, faïence, verre d'ustensiles, pyrex, vitres, miroirs...) qui doivent aussi être enlevées pour garder une bonne qualité de verre recyclé, et limitent les recettes.

Pour développer de nouvelles activités créatrices d’emploi :

La collecte sélective est une activité qui génère des emplois : les Ambassadeurs du tri, les chauffeurs, les ripeurs à l'arrière des camions, le personnel du centre de tri… De plus, le recyclage des matériaux s’effectue dans les usines qui font appel à des techniques particulières. Il faut donc un personnel spécialisé. Tout au long de la chaîne qui aboutit au recyclage, de nombreux professionnels interviennent pour collecter, trier, conditionner et transformer les matériaux.

 

Retrouvez tous les intérêts d'un bon tri dans ce mini-film d'animation d'Eco-Emballages !